Qatariera bien qui riera le dernier : le soft power qatari

Loin de dilapider ses pétrodollars, le Qatar organise une diplomatie d’influence cohérente en plusieurs étapes. Il s’agit pour lui de répondre à deux défis pour s’imposer comme une puissance qui compte sur la scène internationale : la taille du pays, et la fin du pétrole qui a fait sa richesse d’ici quelques décennies. A noter d’emblée que le Qatar, outre le pétrole, possède également 14% des réserves mondiales en gaz qui vont leur servir pour encore au moins 60 ans selon les spécialistes.[1]Condamné à trouver d’autres ressources de revenus que les énergies, le Qatar se montre proactif et développe depuis près de vingt ans une diplomatie d’influence de premier ordre.

Logo du PSG avec la Tour Eiffel symbole de Paris et le berceau symbole de Saint-Germain-en-Laye, ville de naissance de Louis XIV, déjà une histoire de prince…

Le Qatar est dirigé par une même famille, les Al Thani, depuis leur indépendance en 1971. 1995 marque un vrai tournant pour le pays avec l’arrivée au pouvoir de Hamad bin Khalifa Al Thani. Ce dernier a pour objectif d’augmenter la visibilité du Qatar sur la scène régionale d’une part mais également internationale La diplomatie d’influence, envisageable il est vrai grâce aux énergies (revenus dont tous les pays ne jouissent pas) va s’axer d’abord sur l’information avec la création d’Al-Jazeera. Cette chaîne d’information a réussi à s’imposer comme le « CNN arabe ». On note d’ailleurs actuellement une récupération de la chaîne par l’Etat qui a replacé des Qataris à des postes clés (là où on trouvait des Tunisiens ou encore des Anglais d’origine arabe).[2]

Le volontarisme organisé du Qatar

L’utilisation des médias est une chose, et cela a certes permis de donner une visibilité au Qatar, petit pays d’un million et demi d’habitants, dans une diplomatie d’influence somme toute assez « classique » de contrôle de l’information. Là où la diplomatie d’influence du Qatar déploie toute son envergure, c’est dans son caractère global et cadré. Ainsi, alors que le fonds d’investissement du Qatar (Qatar Investissement Authority, QIA) rachète le PSG, le pays remporte en même temps l’organisation de la coupe du monde de football en 2022. Mieux, Al-Jazaiera ouvre une antenne sportive en Europe et rachète les droits de diffusion du Championnat de France, mais également de la Ligue des Champions[3].

En fait le Qatar applique une recette qui a fait ses preuves, celle de Berlusconi. Ce dernier possède à la fois les droits de diffusion du championnat italien, mais également le Milan AC dont il est le président. L’investissement qu’il a consenti dans ce club a permis de rendre à la fois ce club, mais également l’ensemble du championnat italien attractif. Sa fortune, mais également sa notoriété, s’est nourrie de cette dialectique. Le Qatar applique donc cette recette. D’ailleurs,  ce n’est sans doute pas un hasard, si le nouveau président du PSG n’est autre que Léonardo qui a été joueur et entrainer au Milan AC, et si le nouvel entraineur est Carlos Ancelloti, entraîneur emblématique du Milan AC de 2001 à 2009…

On peut faire ici deux constats :

-Tout d’abord la politique d’investissement est clairement intégrée à une politique plus globale d’influence. Si on compare avec les oligarques russes qui rachètent des clubs (Dimitri Rybolovlev qui a racheté Monaco, ou Roman Abramovitch qui possède le club Londonien du quartier huppé de Chelsea), on note qu’ils sont le fait de caprices ou d’amusements de milliardaires en mal d’activité (ils y perdent plus d’argent qu’ils n’y gagnent) et surtout que cela ne fait pas partie d’une politique publique internationale cadrée par la diplomatie russe.

-Le Qatar a compris la nécessité d’une action globalisée : il a ainsi maillé toute l’industrie du football, du club de Paris à l’organisation de la coupe du monde en passant par des centres de formation ultra-performant.[4] Il a même pensé aux supporters qui viendront grâce aux avions de Qatar Airways…classée meilleure compagnie d’aviation au monde, au salon du Bourget.[5]

L’importance de l’image

Deux photos viennent imager cette diplomatie d’influence. Sur la première on peut voir Javier Pastore, l’un des meilleurs joueurs au monde en devenir transféré au PSG. Son t-shirt est extrêmement évocateur : on peut y lire « I love Qatar », le « love » étant représenté par un cœur au milieu duquel on trouve la tour Eiffel. Ce genre d’image, diffusée dans le monde entier permet au Qatar de s’associer à un symbole qui représente Paris mais également la France. En achetant le PSG, ils achètent également une partie de la culture française, ils achètent une marque à laquelle ils arrivent, en plus, à s’associer.

Pastore

Pastore

La deuxième photo montre Nasser Al-Kheilaifi, Président du PSG et accessoirement Directeur Général d’Al-Jazeira Sport, qui donne un maillot du club à l’ancien premier ministre François Fillon. Ici la portée politique et de diplomatie d’influence est facilement perceptible. C’est d’autant plus cocasse que François Fillon se présente à la députation à Paris, autrement dit Nasser Al-Kheilaifi apparaît plus parisien qu’un parachuté politique et donne même un crédit parisien à l’ancien premier ministre…

Fillon est content

L’argent des qataris nourrit également les fantasmes des uns et des autres, et notamment des guignols de l’info :

La perte du championnat : une vraie défaite ?

Les Qataris connaissent bien l’histoire, et celle de Pyrrhus, ce roi grec qui malgré ses victoires estimait perdre du terrain face aux Romains (« Si nous devons remporter une autre victoire sur les Romains, nous sommes perdus »). On parle encore aujourd’hui d’une « victoire à la Pyrrhus » là où la victoire est trop coûteuse, que ce soit en hommes mais aussi économiquement. Ici, dans une perspective de soft power, une victoire du PSG qatari aurait été une vraie victoire à la Pyrrhus et ce pour plusieurs raisons :

-l’opposition Paris et Capital-Province reste tenace, surtout en sport. Canal + a d’ailleurs largement instrumentalisé cette opposition pour créer le « classico » opposant l’OM au PSG dans les années 90.

-le rapport moins décomplexé à l’argent en France que dans d’autres championnats, notamment le championnat anglais. Toute l’année on a rappelé l’importance des investissements, le coût de certains joueurs etc. d’autant plus en période de crise.

-le syndrome Astérix présent chez les Français : la victoire de Montpellier, c’est la victoire du 13ème budget de L1 face à la puissance de l’argent mondialisé. C’est également donner encore la possibilité de croire à la victoire du sport pour le sport, celui auquel on veut encore croire où l’argent ne fait pas tout et où tout est possible avec des hommes de bonnes volontés, une vision du jeu et des hommes clés : comme dans un bon film américain où à force d’abnégation, you can do it.

Même Snoop Dog est fan du PSG :

Snoop Dog

Finalement, on pourrait créer un nouveau terme et renverser la victoire à la Pyrrhus par une défaite à la Pyrrhus, autrement dit cette défaite rapportera plus au Qatar. D’abord en termes de diplomatie d’influence :

-les Français apprécient les Poulidor, les 2ème, ceux qui ont tout donné et qui échouent sur la deuxième marche. Ils n’aiment généralement pas l’hégémonie d’un seul, comme Lyon dans les années 2000 (sept fois champion de France). Il s’agit donc pour les Qataris de faire accepter qu’ils vont être les Lyonnais des années 2010. En perdant le championnat face à Montpellier, ils laissent une possibilité d’espérer que tout est possible !

-A ce titre, il ne faut pas oublier qu’Al-Jazeera Sport rentre dans l’équation et qu’il va être plus vendeur de proposer un championnat où tout est possible, plutôt qu’un championnat qui serait de toute façon acquis au PSG. Encore une fois, la victoire de Montpellier laisse un champ de tous les possibles ouverts aux téléspectateurs de toute la France !

En résumé la victoire de Montpellier, pourtant annoncée comme un échec par les dirigeants du PSG, est plutôt bonne à prendre pour les Qataris. D’ailleurs les joueurs du PSG ont envoyé un maillot dédicacé au Président de Montpellier Louis Nicollin, grand collectionneur de maillots de foot, pour lui dire bravo pour le titre et compléter sa collection. Et « Loulou » de déclarer « C’est vraiment sympa et adorable. Je ne sais pas si tous les clubs français auraient fait ça ».[6]

Pour rester dans la thématique du maillot, le nouveau maillot du PSG qui vient d’être présenté refonde largement le style traditionnel avec des bandes rouges plus petites qu’à la normale, de quoi y voir un liseré bleu-blanc-rouge, le PSG étant voué à plaire à toute la France ! Enfin à noter que le maillot est réalisé avec du polyester recyclé[7], de quoi montrer que le Qatar –grand producteur de pétrole et de gaz…- est soucieux de l’écologie laissant dire à  l’équipementier du club, que ce maillot est « le plus écologique jamais produit par Nike». La question est de savoir si cela sera suffisant pour faire oublier la blague qui circule auprès des fans de foot : quand vous faîtes un plein de votre voiture, vous financez  le PSG !

Nouveau Maillot PSG

Vous l’aurez compris, la priorité du Qatar à travers le projet du rachat du PSG n’est pas tant de se faire de l’argent mais bien de se faire connaître d’un point de vue positif. C’est du soft power pur. A ce titre, il est intéressant de constater qu’en parallèle le Qatar se soit dévoilé dans le hard power, avec la participation à l’intervention de l’OTAN en Lybie. Ils se placent également sur le dossier Syrien en demandent un « calendrier précis à M. Annan » pour son plan de sortie de crise[8] et de rajouter : « Nous demandons au Conseil de sécurité de placer les six points (du plan Annan) sous le chapitre VII (de la Charte de l’ONU) pour que la communauté internationale assume ses responsabilités ». Sans une diplomatie d’influence élaborée et calibrée qui est celle du Qatar, ce genre de demandes n’auraient jamais été relayées, preuve que la voix du Qatar commence à porter…

En somme, le Qatar est aujourd’hui un exemple de diplomatie d’influence qui a compris qu’il fallait préparer l’après pétroles et gaz. Coincé entre l’Arabie Saoudite et l’Iran, le Qatar réussit d’une part à se faire connaître et d’autre part à se forger la réputation d’un pays porté sur des valeurs nobles comme le sport, ou encore l’art (en finançant par exemple une partie de la nouvelle aile « art islamique » du Louvre ou en ouvrant le premier musée d’art moderne islamique à Doha réalisé par Peï, l’architecte de la Pyramide du Louvre…). Le Qatar arrive ainsi à se placer comme un interlocuteur privilégié, notamment dans une région assez instable politiquement. En outre, et enfin, tout en réalisant cette diplomatie d’influence, le pays prépare l’avenir de son économie en la tournant vers le loisir le tourisme et la culture, il s’assure ainsi une place de choix dans la société du spectacle.[9]


[1]Sophie Méritet, Panorama des marchés du gaz naturel en 2010, CERI – Sciences-Po. :http://www.ceri-sciencespo.com/archive/2010/septembre/dossier/art_sm.pdf (p. 3)

[2] Courrier international du 13 au 19 octobre 2011, page 12, article sur la Qatarisation de la chaînehttp://www.courrierinternational.com/magazine/2011/1093-qatar-l-emirat-megalo

[3] La Ligue des Champions voit s’affronter les vainqueurs des championnats européens, c’est une des épreuves sportives les plus prestigieuses et les plus regardées au monde.

[5] Classement de référence en la matière : http://www.worldairlineawards.com/Awards_2011/Airline2011.htm

[9] Guy Debord, La société du spectacle, Gallimard, 1967

//

About these ads

3 réflexions sur “Qatariera bien qui riera le dernier : le soft power qatari

  1. Ping : La France et sa Grande boucle diplomatique | La diplomatie d'influence

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s